dimanche 25 octobre 2015

Samedi 16 août 2008 : Malefon – Montvalent.

Ciel nuageux avec alternance de soleil.
A 10h10, au départ de Malefon, je m’éloigne dans un chemin bordé de haies et de ronces avec des mûres appétissantes. Les fruits rouges vénéneux de l’arum tacheté (ou gouet) parsèment ça et là le bord du chemin.
Je débouche sur des vergers de noyers. Après le ruisseau de la Doue, le GR se poursuit pendant deux kilomètres  sur une petite route puis bientôt atteint Martel. C’est une bourgade médiévale préservée, à l’architecture homogène. J’y retrouve Viviane et Oscar à 11h35. On contourne la ville en voiture. Des embouteillages importants bloquent le centre-ville, ce qui fait que nous ne le visitons pas.
De l’autre côté de la gare, on va chercher un endroit pour manger. On s’arrête au bord du GR, le long de la piste qui s’éloigne vers le sud.
Après le repas dans le fourgon et une sieste, je poursuis mon chemin tout au long de la piste ensoleillée. Vulcains et sylvains volent sur la lisière. Le chœur des cigales est assourdissant. A mon avis, il s’agit des cymbales de la cigale de l’orne.
Bientôt le GR 46 commence à descendre vers la vallée de la Dordogne. Il rejoint une route sous les falaises calcaires et atteint les rives de la Dordogne. Il contourne les abords de Gluges, un village caché au pied des hautes falaises, et franchit la rivière. Sous le pont, une floraison de canoës…
Le sentier longe un temps la rive gauche puis, par une petite grimpette, gagne Montvalent, sur le causse de Gramat, à 200 m d’altitude.
Sur le trajet, devant la demeure d’un élu municipal, flotte un drapeau bleu-blanc-rouge sous une pancarte « honneur à notre élu ». C’est le « mai communal », tradition en Quercy et Périgord (Corrèze, Lot, Dordogne entre autres). Personne ne sait bien d'où vient cette tradition, peut-être un héritage des arbres de la Liberté de l'époque révolutionnaire. En tout cas, moi qui suis un ancien élu, je n’aurais jamais supporté un tel étalage…
Il est 16h35. Viviane m’attend sur un parking de la place du village.

Nous rejoignons un emplacement dans la nature sur le causse de Gramat, non loin de Rocamadour, où nous avons déjà passé plusieurs soirées en 2003 et 2004.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire