dimanche 25 octobre 2015

Samedi 30 juillet 2005 : Sarzay – Preugnarnault.

Aujourd’hui, j’ai laissé la voiture sur le GR 46 à proximité d’un hameau. J’arrive à Sarzay par d’autres sentiers à 11h20.

Je rejoins le GR 46 à l’entrée du village où s’impose un château fort du XIVe siècle. Je pénètre dans la ferme fortifiée, paie une redevance au propriétaire, et je visite le château.
Flanqué de ses cinq tours, le donjon a gardé sa splendeur défensive du XIVe siècle. L’intérieur est resté intact, avec ses cheminées monumentales et ses charpentes d’origine. C’est un vrai château du Moyen Age, restauré en partie et poussiéreux à souhait… J’ai beaucoup aimé.
Depuis la guerre de cent ans jusqu’à la fin du XIXe siècle, ce château appartint à l’une des grandes familles du Berry, les Barbançois. Il entra ensuite en littérature grâce à George Sand, servant de cadre au « Meunier d’Angibault ». Le propriétaire actuel a racheté les ruines en 1982. « Autodidacte des vieilles pierres » obstiné, cet homme restaure lui-même Sarzay, sans un sou, avec sa seule énergie et sa passion. Travail titanesque accompagné de nombreuses embûches administratives…
Il est midi lorsque je sors du château. Je mange dans un restaurant du village.

A 12h30, je m’éloigne sur le GR 46, musette à l’épaule. De fréquents passages nuageux tempèrent la chaleur. Après le village, le GR bifurque dans le bocage, côtoie quelques troupeaux, traverse des hameaux (Chavigner, Preugnarnault). Je longe des champs de tournesols en fleur. Il est 14h lorsque je retrouve la voiture, à l’intersection d’une petite route agricole.

Je rentre ensuite au Menoux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire